Après 10 heures de panique dans l’avion, j’ai atterri à l’aéroport JFK de New York.

Comme je sais qu’il y a toujours une queue interminable au service immigration, je suis sortie rapidement de l’avion pour dépasser tous les non-résidents américains et arriver la première à la douane…Mais cela ne m’a pas épargné une très longue attente.

Alors que j’attendais, je me suis rappelée que mon passeport expirait deux mois plus tard. J’avais entendu dire qu’il fallait un minimum de 6 mois en vigueur pour pouvoir entrer aux EU ; et même si l’ambassade me l’avait démenti, je commençais à stresser. Mon tour arriva. Empreinte digitale, photo webcam et la fameuse question : « pourquoi venez-vous à New York ? »

Lorsque le policier tamponna mon passeport, il approuvait non seulement mon entrée dans le pays, mais inaugurait aussi mes 3 semaines de méditation.

Une fois dans le taxi et après deux heures de trajet, j’arrivais à la maison de Katie.

Dans le hall d’entrée un petit problème se posa : je devais chercher l’appartement 1C mais aucune des 4 portes n’avaient de numéro. J’avais donc 2 options : mettre la clé dans toutes les serrures et risquer qu’un voisin ne me prenne pour une voleuse ou demander de l’aide aux voisins.

Je choisis la deuxième option. En sonnant à l’une des portes un chien se mit à aboyer comme un hystérique, puis la porte s’ouvra. J’avais devant moi les doubles de la famille Devito. Je me présentais et leur demandais quel était l’appartement de Katie. Il m’indiquèrent que chaque appartement avait 2 portes et que l’appartement de Katie était juste devant. Je les remerciais pour leur aide précieuse et entrais enfin dans ma maison.

Et à ma grande surprise: l’appartement était beaucoup plus grand que sur les photos. Je commençais à étudier tous les détails, la décoration me rappelait mon propre appartement. Je me sentais comme Kate Winslet dans le film “The Holiday“, lorsqu’elle échange sa petite maison anglaise contre une villa à Beverly Hills.

Il était 19:00h, je défis mes valises, me douchai et allai faire un tour dans le quartier.

Alors que je me promenais dans Court Street, je me rendais compte que c’était le lieu où je souhaitais vivre, fonder une famille, avoir un  chien. Je souhaitais faire partie de cette ville de laquelle j’avais toujours rêvé. Je me rendais compte que j’étais venue pour quelque chose et que cette chose allait me mener à vivre dans ce quartier.

Après de multiples années à rêver, après des années à ne pas croire en moi, à me mettre des barrières dans chacun de mes projets, j’ai réussi à voir la vie différemment.

La vie est difficile, mais parce que nous la rendons difficile.

Je ne vois plus de barrières autour de moi. Je crois en moi et je suis là pour une bonne raison.

Je ne me considère pas une personne rationnelle. Je me laisse toujours guider par mes sentiments et lorsque je le fais, ma vie évolue. Peu importe la difficulté pour arriver à votre rêve, si vous le faites avec le cœur, vous y arriverez.

J’ai acheté quelque chose pour diner et petit déjeuner et avec le décalage horaire, mon Day 1 était terminé.

5 Responses

  1. monpetitchamp

    c’était une belle journée, vous décrivez bien ce que vous ressentez

    Répondre
  2. BAILLIEZ

    Ce que vous dites, est ce que je ressens, c’est étrange ! je vis dans une région où je ne suis pas sûre que l’échange d’appartement interesse quelqu’un qui vit à NY ! vous lire me fait du bien, moi aussi je m’empêche de faire les choses, et moi aussi je sens que ma vie est là bas !

    Répondre
  3. Bianca

    Merci pour vos commentaires, si c’est votre rêve d’y aller, je ne peux que vous conseiller de foncer! :)

    Répondre
  4. Gervais

    Cool, je vais continuer la lecture … j’ai presque pleuré au passage d’avoir un chien et de vivre à NY.
    Je ferme les yeux et j’y suis …

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.