Voici un super témoignage pour tous ceux qui rêvent d’aller vivre à New York. Rafael, danseur, mais aussi auteur d’un blog sur New York dont il vous parlera un peu plus bas, a accepté de se livrer sur son expérience de deux ans à New York. Je vous laisse donc apprécier son récit :)

Rafael, peux-tu nous raconter ton histoire, pourquoi et comment as-tu décidé de partir vivre à New York ?

New York a toujours été présente dans ma vie. Comme une idée. Comme un but. Un rêve et un espoir. Je l’ai découverte la première fois en 2009, lors de ma troisième année à l’étranger de Sciences Po Paris. Je faisais un tour du monde de grandes métropoles et rédigeais un blog sur les tendances urbaines. Comme je m’en doutais, New York a été une révélation. C’était la reine de toutes ces métropoles qui me passionnaient. Je ne savais pas comment, ni pourquoi, mais un jour, j’y serais… et j’y serais heureux. Après mon master de Sciences Po, la danse contemporaine me manquait trop. Je venais de découvrir la technique Graham, première technique de danse moderne américaine qui a ouvert la voie à toutes les autres. Or la danse moderne et le Graham sont nés et se sont développés à New York. BINGO ! Quand deux passions se rencontrent, c’est un peu magique. New York…. le Graham… Je suis donc parti étudier à l’école Martha Graham où j’ai intégré le jeune ballet.

Quelle a été ta première impression de la ville de New York ?

Pour ma première nuit à New York en 2009, j’ai logé dans une auberge de jeunesse à deux pas d’Union Square. J’y ai trouvé la métropole qui m’avait fait rêvé : bouillonnante, excitante, en mouvement perpétuel. Ce sentiment si palpable que la ville a une longueur d’avance, que tout le monde a tant à faire et se bat au quotidien.

 A-t-il été facile de s’intégrer au début ? De trouver un logement, des amis, des repères ?

Oui, très facile. Mais mon cas est un peu particulier. Quand j’ai déménagé à New York en 2012, je connaissais l’école où j’allais étudier. J’avais reçu une bourse pour le Summer Intensive l’année d’avant. J’y avais même quelques amis déjà. D’autre part, j’ai logé dans la maison d’une famille américaine, qui m’a très bien accueilli. Je me suis tout de suite senti chez moi. Comme c’est une famille juive, j’y ai aussi beaucoup appris sur la spiritualité et la religion (je suis d’une famille athée). Ca a été une magnifique aventure humaine et culturelle. Il est important de tisser des liens forts et d’avoir des amis et un réseau à New York. C’est une ville où l’on se bat et s’épuise beaucoup, pour réussir ou juste pour survivre. On remarquera toutefois que l’entraide et les liens communautaires sont en fait très présents.

Vivre New York au quotidien doit être très différent que d’y aller en vacances. Peux-tu nous décrire en quelques mots le New York que tu as vécu ?

Visiter New York et y habiter sont deux choses qui n’ont rien à voir. Pour saisir toute la portée de ce propos, il faut le vivre mais je vais quand même tenter de mettre des mots dessus. Devenir un véritable New Yorkais, c’est comme rentrer dans un tourbillon fou et n’en ressortir que lorsque l’on quitte la ville. Tout va extrêmement vite. C’est intense, sans demi-mesure. Le rythme ne ralentit jamais. Ni le dimanche. Ni pendant les vacances (quelles vacances d’ailleurs?). Les métros fonctionnent en permanence. Votre emploi du temps compte potentiellement 24 heures par jour et 7 jours dans la semaine. Il est rare de se poser, de contempler quelque chose. A New York, il faut faire, il faut produire, il faut réussir. Il faut travailler et gagner de l’argent ! C’est aussi une ville qui est extrêmement fluide, adaptable et protéiforme. La diversité de New York, qu’elle soit identitaire, culturelle ou ethnique, est perçue de manière  positive. On peut donc y être qui l’on veut et y construire ce que l’on a envie (tant qu’on gagne de l’argent, cela va de soi). Après comme pour tout système qui n’est pas stable et qui encourage l’innovation, on prend de gros risques et on peut se casser la figure facilement.

Pour toi, quel est le meilleur quartier où vivre à New York ?

Le quartier où j’ai habité pendant deux ans était un peu le paradis. J’étais à deux blocs de Park Slope, dans le quartier de Windsor Terrace pour être très précis. C’est le mélange incroyable entre la métropole et la banlieue résidentielle. Ce quartier résidentiel minuscule se situe entre Prospect Park et Greenwood Cemetery, deux fabuleux espaces verts. Les habitants sont proches les uns des autres et soudés. Par exemple, lorsque le magasin d’alimentation Key Food a fermé, c’est Walgreens pharmacy qui devait ouvrir à la place. Ils se sont battus avec le slogan “green beans not Walgreens”. Ils ne voulaient pas d’une chaîne mais d’un farmer’s market (marché paysan). Qu’ils ont d’ailleurs obtenu.

Quels sont les endroits de New York qui te manquent te plus lorsque tu es en France ?

Ce n’est pas un endroit en particulier mais justement une ambiance, une diversité et le fait qu’il y a justement une multitude d’endroits géniaux. Soit des endroits que j’aime, soit des endroits à dénicher, des quartiers à explorer. On ne s’ennuie pas : il y a toujours des nouveautés qui m’intriguent.

Aujourd’hui où imagines-tu faire ta vie ? En France ? À New York ? Pourquoi ?

Idéalement à New York mais les choses ne sont pas définitives. Je suis à l’image de New York, ouvert aux opportunités, changeant, surprenant et imprévisible. J’y vis un peu à la franco-américaine. Le choc culturel à New York est bien moins important que dans le reste des Etats-Unis. Ce que je peux dire de manière sûre, c’est que la France (hors Paris) est trop petite pour moi en ce moment, là où j’en suis dans ma vie. Paris est fabuleuse mais reste française. J’étouffe un peu, j’ai besoin de me nourrir de la différence. J’adore l’Europe bien sûr mais je n’y ai pas trouvé d’endroit qui me plaise autant que New York.

Quels conseils donnerais-tu aux personnes qui rêvent de venir vivre à New York ?

Je leur conseillerais d’abord de bien comprendre que, comme on l’a abordé plus haut, visiter et habiter New York sont deux choses très différentes. L’argent est un important facteur d’intégration et d’épanouissement à NYC, à ne pas sous-estimer. Mais c’est aussi une ville qui bouffe celui qui ne sait pas où aller. Il faut avoir un but, un rêve, une envie de se battre. Pour ceux qui sont convaincus qu’ils doivent venir vivre à New York, foncez ! N’hésitez pas à contacter des blogueurs ou toute personne de la communauté francophone à New York si vous avez des questions, des peurs, des détails pratiques qui vous angoissent. Internet est un outil formidable pour notre génération…

Pour finir, souhaites-tu nous en dire un peu plus sur ton blog, qui donne plein de conseils sur la ville de New York ?

MyNewYork est né d’une envie de proposer aux touristes un contenu de qualité sur l’hôtellerie new yorkaise, un contenu plus proche du blog personnel et honnête. Malheureusement, les sites comme Booking ou Expedia sont très généralistes et neutres. Ainsi, MyNewYork permet de comparer les sites de réservation d’hôtels pour trouver le moins cher en proposant un contenu pertinent et actualisé. Lorsque j’ai rejoint l’équipe en 2013, l’idée était de proposer aussi une partie guide sur la ville. D’aller plus loin en imposant un ton qui m’est propre.

Nous cherchons à avoir une démarche novatrice concernant la recherche d’hôtel et de l’adapter en fonction de l’expérience que les touristes veulent faire de la ville. Par exemple, si vous souhaitez découvrir le New York hipster, inutile de loger vers Times Square ou Central Park, vous serez finalement loin du New York à découvrir et de l’ambiance qui vous attire.

Ce qui nous plairait, c’est que demain, un touriste qui prépare son voyage à New York troque le guide du routard et une réservation sur Booking par la lecture des blogs sur la ville et un hôtel déniché grâce aux conseils de MyNewYork.

 

Merci Rafael pour ce beau témoignage ! J’espère que nous nous croiserons très vite à New York pour un café dans un super endroit que tu me feras encore découvrir ;)

8 Responses

  1. benatar

    Salut ! J’ai lancé l’Application WINKIT sur Apple Store et j’aimerais y voir des photos de la tempête de New York. Peux tu télécharger WINKIT et faire des photos que nous verrons tous sur la carte du monde.
    Merci. Daniel

    Répondre
  2. Frenchy

    Salut!

    Quand ce jeune homme propose:  » aux touristes un contenu de qualité sur l’hôtellerie new yorkaise, un contenu plus proche du blog personnel et honnête  »

    Pourquoi ne dit il pas que ses articles sont en fait payés par (les) l’hôtel? Vous appelez ça honnête vous de proposer aux gens un hôtel alors que celui ci a payé le rédacteur du blog pour en faire l’article?

    Répondre
    • Gaela

      Rafaël vit à New York et il connait tous les hôtels cités sur le blog. Il ne publiera jamais un article sur un hôtel qu’il n’a pas apprécié (contrairement à tous les sites classiques sur lesquels vous pouvez réserver votre hôtel, qui font l’éloge de tous les hôtels disponibles à New York). D’ailleurs, si vous regardez les « fiches hôtels » disponibles sur son site, vous verrez qu’il expose « les plus » mais aussi « les moins » de chaque hôtel. Je trouve donc que c’est un avis honnête et objectif (d’autant plus que je connais Rafaël et je sais qu’il connait la ville comme sa poche).

      Je lui laisse le soin de répondre sur la partie financière (j’ignore s’il gagne de l’argent où non pour l’écriture de ses articles). Mais détrompez-vous, les blogueurs n’écrivent pas pour l’argent. En tout cas pour ma part, si je gagnais de l’argent pour chaque adresse que je conseille sur le blog, je serais déjà riche :) J’écris sur des endroits que j’ai visité et que j’aime pour partager ma passion sur la ville et je sais que la plupart des blogueurs sur New York fond de même (sauf quelques exceptions bien entendu)…

      Répondre
    • Rafael MyNewYork

      Bonjour,
      Si par articles payés par les hôtels vous faites référence à ce que l’on pourrait appeler des articles partenaires, je peux en assurer qu’il n’y en a pas un seul sur MyNewYork. Ce n’est pas totalement inenvisageable, beaucoup de blogs le font mais ce serait bien évidemment précisé, sinon c’est malhonnête.
      Aucun hôtel n’a à ce séjour payé pour qu’on parle de lui sur MyNewYork.
      D’ailleurs si vous regardez les fiches hôtels qui permettent ensuite de comparer les prix des différents sites de réservation, il y en a des centaines. Donc je vois mal tous ces hôtels avoir payé pour être sur le site. C’est la même chose pour Booking, Expedia,…
      Je rejoins Gaela pour dire que si j’écrivais sur MyNewYork pour l’argent, je serai bien déçu. Ce n’est pas le but premier. Blogger est d’abord une passion. Tout comme la danse !
      Rafael

      Répondre
  3. Claro

    Bonjour j’aimerais rentrer en contact avec Raphaël

    Pour mon séjour à nyc
    S’il veux bien.
    Merci

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.